Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 22:00

http://www.futuropolis.fr/media/1794817809.jpg

Voilà une BD que Noukette m'a prêtée depuis un petit moment. J'avais commencé un jour le roman mais je ne l'avais jamais terminé pour des raisons obscures (pas le moment ? pas le temps ? pas le goût ?). Pour la BD en revanche, c'est autre chose : je l'ai dévorée ! 


Un peu d'histoire...

Paolo est un jeune garçon qui vit à à l'extrême sud du Chili, dans une maison isolée avec ses parents. Un jour,  Angel, un assassin en cavale, débarque et tue ses parents quasiment sous ses yeux. Au moment de tuer le jeune garçon, Angel recule et décide de le laisser en vie. C'est ensemble qu'ils iront enterrer les parents de Paolo... Au fil des jours, l'orphelin et l'assassin vont apprendre à vivre ensemble, et finir par s'apprivoiser.

Un jour, Luis, un jeune aventurier, arrive et demande à louer un bout de terre pour y installer sa cabane. Angel ne souhaite qu'une seule chose : le tuer. Mais Paolo l'aime bien et Angel finit par céder. Les trois personnages vont commencer une bien curieuse cohabitation. Angel ne cesse de se méfier de Luis qui devient très proche de Paolo. Il ressent pour la première fois de sa vie les affres de la jalousie : et si Paolo aimait Luis plus que lui ?

 

Un peu d'avis...

Cette BD est l'adaptation du très beau roman de Anne-Laure Bondoux dont j'aime beaucoup la plume. J'ai trouvé qu'ici il manquait le souffle de la prose de Bondoux: c'est souvent le prix à payer pour une adaptation de ce type. Malgré cela, cette BD est très réussie et j'ai vraiment beaucoup apprécié de me plonger dans cet univers où l'on retrouve l'ambiance du roman avec cette terre déserte, aride, et ses personnages taiseux, énigmatiques, aux traits douloureux. L'histoire se déroule comme un cataclysme : c'est à la fois lent et violent. On joue avec les nerfs du lecteur, avec des retournements de situation complètement inattendus. Ainsi, Les larmes de l'assassin, comme le pays qu'elle dépeint, est une BD sans lois, ou presque. La variété des tons -on passe de l'ocre au bleu profond-, celle des vignettes, des plans, montrent que l'on navigue dans un univers libre. 

La grande force de l'histoire repose sur les non-dits, les secrets de chacun. En effet, il demeure un certain nombre de questions en suspens à la fin de la BD: qui est Angel ? qu'a-t-il fait exactement ? Et Luis, que cherche-t-il vraiment ? pourquoi a-t-il fini par changer de camp? Bien sûr, le lecteur peut deviner certaines réponses, deviner les manques, combler les blancs. Mais ces blancs sont autant d'espoir, ils signalent avant tout l'absence de linéarité de la vie de ces héros. Aucun personnage n'est fixé dans un destin, tous vont d'ailleurs évoluer, changer. Luis, Paolo et Angel forment un triangle où chacun apporte quelque chose à l'autre et s'en trouve dès lors modifié. Une sorte de réversibilité s'installe entre eux afin de former ce tout essentiel qui leur permet de combler leurs propres manques, leurs propres failles.

Dans cette nouvelle organisation, chacun a trouvé sa place et s'y installe avec sérénité. C'est la ville - bien plus sauvage et animale que la campagne déserte- qui va venir tout bouleverser. Les habitants y sont corrompus: ils suintent le désir d'argent, de luxure et de violence. Il se pourrait bien que certains membres du trio ne résistent pas aux instincts les plus vils... A la fin de la BD, c'est la place de l'homme dans cette société qui se trouve questionnée : si nous pouvons changer, devons-nous être jugé pour ce que nous sommes ? ou pour ce que nous étions ? Nos bonnes actions effacent-elles les mauvaises ? Si ce n'est pas le cas, alors cela veut-il dire qu'il n'y a aucune issue si l'on se trompe de chemin ? La place du rachat est centrale dans cette BD qui, si elle ne révolutionne pas le genre, a le mérite d'être d'une grande finesse.          

 http://www.futuropolis.fr/media/74571271.jpg

Les avis de Choco, Noukette, Mango et Yvan.

Logo-Top-bd-2012

14,5/20

 La  Logo-BD-Mango-Noir-copie-1.jpg c'est chez Mango.    

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 06/06/2012 23:13


Moi j'ai adoré, vraiment ! J'ai trouvé que la BD rendait à merveille l'ambiance du roman...

Sara 15/06/2012 20:17



Oui j'ai trouvé aussi que c'était réussi !



Yvan 06/06/2012 19:27


Un très bon tome. Merci pour le lien ;)

Sara 15/06/2012 20:17



De rien Yvan !  



jerome 06/06/2012 18:49


Pourquoi pas ? Je suis rarement déçu par ce que propose Futuropolis.

Sara 15/06/2012 20:17



Je ne pense pas que tu seras déçu 



Syl. 06/06/2012 18:39


Waouh Sara ! les 2 commentaires avant sont complètement différents. C'est sûr que cette BD doit être dure à lire et qu'elle doit interpeller. Je la note et je verrai si ma BM l'a. La planche que
tu as mise est au final très loquace.

Sara 15/06/2012 20:18



Oui, c'est vrai qu'elle est loquace  



Mango 06/06/2012 16:49


Tu prends l'avis de Yaneck, tu le retournes comme un gant et tu auras mon sentiment sur cette BD:  Positif!
 

Sara 15/06/2012 20:18



Rha, et bien voilà !!