Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 07:27

le-faire-ou-mourirC'est sur le blog de Stephie que j'avais entendu parler de ce roman pour la première fois. L'avis de la miss étant enthousiaste, j'ai eu envie de le découvrir à mon tour...  

 

Un peu d'histoire...

Damien de Carolis -surnommé Dam DeCaro- a seize ans et vit une vie calme et rangée avec ses parents et sa soeur aînée, Céline. Comme cette dernière fait des études, elle est prioritaire sur tout, Damien étant relégué au second plan. C'est un peu le cas dans tous les domaines d'ailleurs car au lycée aussi, Dam est invisible... sauf pour les quelques brutes qui le martyrisent. C'est dans ce contexte qu'il fait la connaissance de Samy et sa bande d'amis qui vont le prendre sous son aile.

Samy et sa bande ne passent pas inaperçus au lycée: avec leurs cheveux couleur ébène, leurs piecings et leur make-up, ils effraient autant qu'ils fascinent...Dam, lui, fait partie de ceux qui sont fascinés et il ne tarde pas à copier leur look, au grand désespoir de ses parents. Mais il n'y a pas que son look qui change car le jeune garçon découvre avec ses nouveaux amis l'amitié, la tendresse, la protection.

Un jour qu'il rentre à la maison en oubliant de se démaquiller, sa soeur en le voyant affirme qu'il est gay. Même si Dam n'est pas homo, il ne la contredit pas et laisse sa famille croire qu'il est homo. Il en parle à ses amis et ces derniers prennent la nouvelle avec joie. Ils voient dans l'homosexualité de Dam l'explication de sa grande sensibilité, sa timidité, sa discrétion... Très vite, la nouvelle fait le tour du lycée et tout le monde change de comportement avec lui: Dam devient important, respecté... Lui au moins a eu le courage d'avouer son homosexualité.

Pour lui, il n'est pas question de dire que tout cela est faux : tant pis ! D'autant que plus le temps passe, plus il se sent proche de Samy. Les deux jeunes garçons passent beaucoup de temps ensemble, ce qui ne plait pas au père de Dam. En effet, celui-ci est persuadé que l'homosexualité de son fils est le résultat de ses fréquentations. Face à ces tensions, Dam se livre -pour se soulager - à son activité favorite: il se scarifie...

 

Un peu d'avis...  

Avant de commencer ce livre, mettez votre vernis rouge- noir Chanel, enfilez un corset de chez Grouft, et laissez-vous bercer par le doux son de n'importe quel groupe un peu dark.

 

C'est avec une jolie écriture que Claire-Lise Marguier livre un portrait de l'adolescence fragile et sensible. Il y a peu de dialogues dans ce roman, seule compte la voix du héros. Ultra sensible, Dam cherche avant tout à se faire une place quelque part, dans sa famille, mais aussi dans son lycée. En attendant, il erre en recherche perpétuelle de lui-même. Car comme beaucoup d'ados, Dam ne sait pas qui il est... Et c'est évidemment pour cela qu'il a des difficultés à faire sa place. Partout où il va, Dam est le vilain petit canard, tout le temps inadapté, trop fragile, trop sensible... un peu trop "tout" en fait. Son père lui reproche d'ailleurs son manque de volonté, sa peur de tout... et en premier de la vie.

Le lecteur a l'impression terrible que Dam ne vit pas: il regarde sa vie se dérouler, comme un spectateur mais n'y prend pas part. Il laisse les autres - et surtout ses parents en fait- décider à sa place, parler à sa place, avoir envie à sa place. Au fond, c'est l'histoire d'un ado prisonnier que nous raconte l'auteure. Ses parents ne sont pourtant pas pires que les autres, mais ils l'empêchent de s'épanouir, d'être lui-même. Ils veulent faire de leur fils une "chose" qui correspondrait à leur "idéal" de fils. Dam se sent mal dans ce rôle qu'on lui impose. Dans ce contexte difficile, le lecteur se dit qu'un rien peut briser ce jeune homme... Ce très beau livre raconte l'histoire d'une émancipation, d'un premier pas vers le monde adulte. Mais comment faire entendre sa voix, ses idées, ses envies quand on a été mis au monde pour suivre un schéma tout tracé ?       

Mais ce roman est aussi l'histoire d'une belle relation entre deux adolescents. Au contact de Samy, ce garçon bien dans sa peau, Dam va apprendre à se connaitre, à savoir ce qu'il veut. Mais la route va être longue avant d'y parvenir de façon définitive. Comme son titre l'indique, Le faire ou mourir n'est clairement pas un conte de fées. L'arrivée de Samy dans la vie de Dam ne marque pas un tournant radical qui déboucherait sur un drapeau arc-en-ciel accroché à la fenêtre et une demande de PACS.... Les parents de Dam - habitués à une vie sans histoire - ne peuvent pas évoluer de façon aussi radicale. A ce titre, l'idée de l'auteure -à savoir d'avoir écrit deux fins- est excellente: elle permet de nuancer la vision des parents dans ce roman, et de montrer dans le même temps que souvent, tout se joue à peu de choses. 

Si Samy le soutient du mieux qu'il peut, la vie de Dam est un tel marasme que rien ne peut s'arranger facilement. On retrouve dans leur relation le souffle des passions adolescentes qui contiennent ce trop-plein si parfait: l'éveil des sens, la passion sans demi-mesure, mais aussi  la peur du regard des autres, la douleur de certaines révélations. Pour autant, il ne faudrait pas voir dans ce roman une sorte de plaidoyer homosexuel: ce n'est pas vraiment le propos. Le sujet du livre reste la sensibilité exarcerbée de Dam, victime née, qui va devoir le faire...ou mourir. L'homosexualité n'est donc pas, selon moi, le sujet du roman à proprement parler. Ce serait plutôt la peur de grandir, de s'affirmer, de faire des choix qui est au coeur du récit. Claire-Lise Marguier parle avec pudeur et justesse de cette période si délicate qu'est l'adolescence. Et certaines pages sont si belles qu'on aurait tort de s'en priver... 

 

Les avis de Krol, Stéphie, Radicale et Clara.   

 

 « Il y a le ciel au dessus de moi, mais je ne le vois pas. Moi j'ai toujours vu que ce qui est sombre, ce qui est noir et effrayant, les monstres sous le lit, les fantômes dans le placard, la mort à l'angle de la rue. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 20/07/2012 23:46


Je ne sais pas si nos élèves seraient assez "mûrs" mais une chose est sûre tu donnes sacrément envie de le lire !

Sara 21/07/2012 00:11

C'est un roman peu ordinaire, d'une force incroyable. Lis-le si tu as l'occasion : il est génial !

Cajou 24/06/2012 16:54


Un très joli billet ! Stephie m'avait déjà tout à fait convaincue, mais ton billet me rappelle qu'il faut que ce titre passe de ma WishList à ma PAL !


Biz

Sara 26/06/2012 09:27

C'est un petit bijou !

Stephie 24/06/2012 12:18


On va avoir l'air fine si on continue à pleurer toutes les deux... je peux même pas te proposer le mariage ;)

Stephie 24/06/2012 08:14


Un superbe roman et ton billet lui rend vraiment hommage.

Sara 24/06/2012 10:47



Merci beaucoup ma Stéphie ...(  *pleure comme un bébé dès que je vois ton nom*)



Radicale 23/06/2012 21:58


Un des romans les plus "justes" que j'ai lu depuis... bien longtemps !

Sara 24/06/2012 10:46



C'est excactement ça !  Franchement, j'ai été enthousiasmée par cette lecture qui colle au plus près de
l'adolescence.