Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 23:00

cercle-litteraire-amateursIl me tardait de lire ce livre dont on a tellement parlé dans les journaux, sur les blogs, émissions tv et même chez le dentiste...Surprise de l'engouement suscité par ce livre, je me le suis procuré dès sa sortie...en poche (faut pas déconner non plus...). Alors verdict ?

 

Un peu d'histoire... 

Londres 1946. Une jeune écrivaine, Juliet Ashton, reçoit une lettre de Dawsey Adams, qui habite l'île de Guernesey. Ayant trouvé ses coordonnées au hasard dans un livre, Dawsey souhaite connaitre l'adresse d'une librairie à Londres. Intriguée par cet amateur de Charles Lamb, Juliet entame une correspondance avec lui, et bientôt avec la quasi totalité des habitants de Guernesey. En effet, elle découvre l'existence d'un cercle littéraire peu commun: celui des amateurs d'épluchures de patate (enfin surtout de la tourte qui va avec !). En réalité, de littérature, il n'est point question dans ce cercle, ou, tout du moins, ce n'était pas son but premier. Affamés durant la guerre, occupés de surcroît par les Allemands, les habitants ont décidé un soir d'aller dévorer un cochon qui avait été  caché. Mais voilà, pris sur le fait à la sortie du festin, il a bien fallu inventer un prétexte à cette réunion. Le cercle était né. Chaque semaine, ils vont se réunir, oubliant ainsi pendant quelques heures la guerre, la faim, la peur. Car à tous, la guerre va réserver son lot de tragédies habituelles. Juliet, bien décidée à écrire un article sur ce fameux cercle, découvre notamment la vie de la tempétueuse Elizabeth dont plus personne sur l'île n'a de nouvelles depuis son envoi dans les camps...    

 

Un peu d'avis...

Ne lisez pas ce qui suit si vous n'avez pas lu le livre...Mais à part moi, tout le monde l'a lu, non ? Alors, pourquoi justement ce livre a-t-il remporté un tel succès ? Décryptons le phénomène:

 

-Tout d'abord, louons le choix judicieux de la narration épistolaire: grâce à elle, l'intrigue semble beaucoup plus complexe qu'elle ne l'est en réalité. Malin. Au début on a du mal à suivre (mais qui est qui, bordel ?!) puis finalement, tout nous parait d'une simplicité enfantine: une femme écrivaine, deux amis (frère et soeur) dévoués, un prétendant lourdingue, des habitants sympathiques, un amour naissant, une petite fille pot de colle. L'intrigue est très simple mais l'épistolaire nous faire croire -en tout cas au départ- le contraire. Le véritable intérêt de ce choix de narration se situe dans ces personnalités qui se dévoilent peu à peu, leurs rencontres, leurs alliances et aussi leurs mésententes parfois.  

-La guerre qui fait toujours pleurer dans les chaumières, surtout quand il s'agit de la deuxième guerre mondiale. Normal, c'est la plus récente, la plus tragique aussi peut-être... En un mot, c'est une guerre qui parle à tout le monde (même à John Galliano, c'est dire). On sent que les auteurs connaissent l'occupation des îles anglo-normandes sur le bout des doigts, ce qui est plaisant. Pour autant, ce livre n'est pas un roman sur la guerre : on n'est clairement pas chez Malraux (tant mieux, non ?). Le dosage entre "je-vais-vous-parler-de-la-guerre-parce-que-c'est-passionnant-et-en-même-temps-tragique"et"mais-pas-trop-parce-que-c'est-hyper-triste-comme-sujet" est parfait. L'intrigue plutôt bien fichue oscille entre tragique et comique de manière perpétuelle. 

-Les personnages féminins ont la part belle dans ce roman destiné aux femmes (ce qui n'est pas péjoratif...quoique...). Et là ils sont assez réussis, notamment celui de l'HEROINE dans toute sa perfection faite femme : Elizabeth. Intelligente, indépendante, forte, mais avec ses fragilités aussi, Elizabeth est l'héroine de roman dans toute sa splendeur. On comprend que cette tête de linotte  100% cruche de Juliet l'admire. Ce livre fonctionne sur les contre-points: d'un coté une paysanne intelligente, de l'autre, une écrivaine imbécile. Qu'on se rassure: au contact des habitants de Guernesey, la personnalité fadasse de Juliet va se colorer.

-Les personnages masculins où là aussi on joue sur les oppositions. Mark incarne les fausses valeurs : l'argent, le glamour, le champagne. Juliet le laisse logiquement tomber pour ce paysan de Dawsey qui, lui, incarne les vraies valeurs: la Terre, les amis, la famille, la patrie... Ahum...Personnellement, je préfère les fausses valeurs mais tout le monde n'est pas décérébré comme moi. Dawsey est d'ailleurs entouré de mystère : que celui qui a compris qui il était, ce qu'il voulait dans la vie et attendait de sa relation avec Juliet me fasse signe ! Ce jeu de contre-points masculins nous ramènent vers des références littéraires connues du lecteur : il y a comme un petit côté d'Orgueil et préjugés ici.

- Les références littéraires justement sont nombreuses et on sait qu'aujourd'hui, elles font le succès d'un roman. Si. Pour qu'un roman fonctionne, l'auteur doit montrer qu'il a lu autre chose que Spirou dans sa vie. Ici, on est gâté car les habitants vont lire grâce au cercle : Charles Lamb qui est la clé de voûte de tout le livre et a remplacé chez Juliet et Dawsey le Hurlevent de Bella et Edward; Sénèque qui obtient les faveurs d'un habitué du Cercle ; Oscar Wilde qui fait aussi une apparition ubuesque mais irrésistible  en guest-star.   

-La dimension initiatique du roman ou comment une écrivaine superficielle va peu à peu acquérir en maturité. Ce n'est pas ce que j'ai aimé le plus dans ce roman. Disons que la subtilité n'est pas au rendez-vous: le "je-me-réveille-un-matin-et-je-découvre-que-mon-fiancé-est-un-con" m'a semblé un peu "gros"; de même que "je-craque-sur-ce-paysan-que-je-connais-à-peine". Difficile de croire à cet amour d'autant qu'aucune des conversations  de Dawsey et Juliet n'est retranscrite (choix épistolaire oblige). Or l'amour ici participe beaucoup au changement de Juliet  et de ce point de vue là, on ne peut pas dire que le roman se veuille très moderne...   

Vous l'avez compris, ce roman ne pouvait que fonctionner et malgré ces différents aspects prévisibles, j'ai passé un moment agréable. On est face ici à de la bonne littérature de gare de divertissement et c'est un roman que je relirai volontiers. En attendant, il a atterri directement chez ma mère. Elle va adorer.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luna 12/08/2011 20:23



Je suis totalement sous le charme de ce livre ! Il est touchant, poignant et le ton terriblement juste...
Je trouve que c'est un livre qui s'intéresse beaucoup au genre humain : un véritable coup de cœur !



Sara 14/08/2011 11:51



C'est une belle découverte pour moi aussi : j'avais passé un excellent moment. Contente qu'il t'ait plu !  



Noukette 09/03/2011 23:08



Eh non, tout le monde ne l'a pas lu, pas moi en tous cas, et pourtant il est dans ma PAL ! Mais je suis une vilaine fille et je n'ai pas pu résister à l'envie irrépressible de lire ton billet
jusqu'au bout... Oui, tu peux me taper sur les doigts ! ;-)



Sara 12/03/2011 09:11



Ah mais je dévoile toute l'intrigue !! Bon cela dit, tu auras peut-être envie de le lire quand même ? C'est un roman très sympa.  



Kikine 07/03/2011 03:33



En le lisant, j'ai aussi compris l'engouement qu'il avait suscité mais je suis restée un peu sur ma faim. Je pense que j'avais lu trop de livre épistolaires avant d'entamer celui-ci.



Sara 12/03/2011 09:06



C'est un livre divertissant mais effectivement son succès reste un peu étonnant !



Karine:) 06/03/2011 14:09



Je l'ai beaucoup aimé ce roman.  De la littérature doudou pour moi.  Si j'ai tendance à être d'accord avec tes arguments, n'empêche que je crois qu'il m'a davantage plu qu'à toi et que
j'ai passé un super bon moment. 



Sara 12/03/2011 09:09



C'est vrai que c'est un roman "doudou". Il m'a plu mais j'ai du mal à comprendre un tel engouement en fait. Pour moi il est sympa mais sans plus.



Fanny 05/03/2011 19:57



J'avais passé un super moment de lecture et je le relirai aussi bien volontiers :) (et comme toi le début m'avait semblé peu clair ;)



Sara 12/03/2011 09:07



Je suis contente de ne pas être la seule ! Le début m'a vraiment semblé confus. Cela reste un livre très sympa !