Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 08:31

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTPv5eLwCHukyFYFpbTr6RvzS-QjEgHbBMIUKbnzWQeLHs9UMxKRQCe livre a fait le tour de la blogosphère depuis plusieurs semaines. Le pitch m'avait de suite attirée... Mais quid du reste ?


Un peu d'histoire....

Brett Bohlinger est une jeune femme qui vient de perdre sa mère, directrice d'un empire colossal de la cosmétique. Brett et sa mère étaient très proches puisqu'elles travaillaient ensemble depuis de nombreuses années. C'est donc tout naturellement que la jeune femme s'attend à hériter de cet empire. Mais ce n'est pourtant pas du tout ce qui va se produire : elle n'hérite que d'un vieux bout de papier ! La jeune femme est d'autant plus amère que ses frères obtiennent une importante forturne et sa belle-soeur la direction de la société maternelle. Pourtant, ce papier, seul héritage de Brett, est important... C'est du moins ce que pensait sa mère: il contient une liste de rêves rédigée par Brett alors qu'elle était adolescente. Les conditions posthumes de sa mère sont claires : pour obtenir une part de son héritage, Brett doit accomplir tout ce qu'il y a sur la liste. C'est la mort dans l'âme que la jeune femme commence à se mettre au travail...

    

Un  peu d'avis...

Ne soyez pas déstabilisés, malgré une maison d'édition peu habituée au genre de la romance, cette romance est... une romance somme toute assez classique. En revanche, trois remarques positives s'imposent d'emblée :

- l’écriture ne pique pas trop les yeux.

 - l’héroïne ne donne pas envie de lui faire bouffer de la purée avec du verre pilé.

- il n'y a pas de scènes de boules. A ce propos, y'a le pour, y'a le contre hein...

Donc l'honneur est sauf ou à peu près car le pitch ressemble tout de même un peu à un épisode d’Amour, gloire et beauté qui a quand même perdu de sa saveur avec le changement de générique, non ?  Et comme le fameux soap américain, l'écrivaine mise sur le rêve et l'improbable. Tout d'abord, la mère décédée, véritable "œil de Cain", devine tout à propos de sa fille : ses attentes, ses angoisses, ses aspirations…C’est évidemment complètement surréaliste car cela laisse supposer que les parents connaissent leurs enfants mouah ah ah. Si je racontais vraiment ce qui s’est passé à ma mère le jour de mon 15e anniversaire, lorsqu’elle m’a ramenée de soirée, le nez débordant de colle HU, l’haleine aussi fraiche que le mini-bar d’une chambre d’hotel, et mon string léopard dans la poche, il y a fort à parier qu’elle en ferait une syncope. Mais bon, on est dans une romance, qui plus est américaine, donc les parents connaissent so truly leur enfant et l’aiment tel qu’il est mouah ah ah bis !! 

Ce roman s'annonce donc comme une quête de soi qui ne connait ni pause ni trève: l'héroine doit impérativement rayer ses rêves de la liste. Et c'est lorsque l'héroine commence à réaliser l'un d'entre eux - à savoir devenir prof mouah ah ah ter!!- qu'elle m'a définitivement perdue. En effet, Brett va devoir affronter ce bon gros cliché problème : les gosses qui font chier difficiles. Et c'est d'abord face à une classe de gros batards cas qu'elle fait ses armes. Mais comme souvent, les bâtards gosses sont vainqueurs par KO : Brett  craque et décide donc de donner des cours particuliers.

Là, elle découvre larmes à l’œil le quotidien de quelques-uns de ces gros batards élèves qui sont en fait juste des pauvres petits enfants livrés à eux-mêmes/malchanceux/abandonnés par la Terre entière pleurs inconsolables. Tout cela, évidemment, ce n’est rien que des grosses conneries mensonges inventées par des gauchistes probablement : dans à peu près 85 pour cent des cas, le gros batard cas n’est là que pour faire chier suer. Sa destinée pourrait être résumée ainsi : faire chier/déprimer/suicider ses profs, ainsi que les membres de sa propre famille parce que, contrairement à la légende urbaine, l'élève dificile n'a pas été trouvé dans la poubelle d'un HLM d'une banlieue glauque avec une aiguille dans le bras et un panneau indiquant "A vendre".   

Bref, à partir du moment où Brett donne des cours particuliers, le lecteur est propulsé dans un enchainement de renversements de situation un peu abracadabrantesque tirés par les cheveux. Ainsi, tel un cycliste dopé du Tour de France, l'écrivaine enchaine vitesse grand V les révélations et autres découvertes inimaginables au point que le lecteur a à peine le temps de les digérer qu'il en survient une autre. Le récit devient alors un voyage au pays de l'EPO et des anabolisants. Pourtant, le lecteur, qui n'y croit plus, finit par s'ennuyer à mourir dans ces montagnes russes qui lui donnent envie de rendre son déjeuner. D'autant qu'à cela, s'ajoute à cela un bien trop plein de bisounours-petits-coeurs-pailletés-barbies-princesses-d'amour qui finit par l'achever .

 

Un bilan mitigé pour cette romance : certes, c'est frais, léger mais aussi agacant et par moment -disons-le franchement- consternant. Ce roman aura eu le mérite de m'interroger sur cette question épineuse : la vérité est-elle dans la mort ?


Vous avez quatre heures. Aucun document n'est autorisé.

 

 

 

Les avis globalement plus positifs de Leil, Stéphie, Noukette.

L'avis nettement moins positif de Karine dans mes bras !

 

 

Ce billet a été publié dans le cadre du "premier mardi c'est permis" initié par ma copine Stéphie

 

65408451

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cajou 13/08/2015 19:08

Je viens de le lire, j'en attendais énormément à cause de tous les coups de coeur et au final, je suis mitigée et déçue, même si c'était plutôt sympa.
Des bisous Sara !

Violette 13/09/2013 10:59


oh zut, j'avais bien envie d'une romance de qualité :-)

Sara 21/09/2013 15:04



Tu peux tenter mais c'est tout de même très guimauvesque. Après, certaines ont adoré.



Karine :) 07/09/2013 22:32


Ah, enfin un avis qui rejoint le mien!  Je me pensais folle!

Sara 21/09/2013 15:05



Et bien non !! 



Stephie 05/09/2013 20:08


Ouais, t'es vraiment une vilaine sans coeur, mouhahaha

Noukette 04/09/2013 21:56


Ben moi j'ai aimé, na...! L'homme au pardessus Burberry, le psy, même les clichés sur la banlieue... J'avais les neurones en vacances, certes, mais j'ai bien aimé ! T'es qu'une vilaine de toutes
façons ! ;-)

Sara 05/09/2013 18:52



Vilaine powwwaaaaa!!!!!