Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 16:59

51hLDxA87-L. SL160

Les simagrées de Julie Lambert (voir mon précédent billet) m'ont donné envie de me replonger dans ce roman, publié en 1957, que j'aime beaucoup, inspiré de la vie de la romancière Marie Correli.  Les intrigues fumées et fumeuses de cet écrivain ont, parait-il, fait le bonheur de la reine Victoria. En attendant, ne vous fiez pas à la couverture du roman - affiche du film de Ozon plutôt réussi-, le roman n'a rien d'un Harlequin: il serait même une critique de ce genre de littérature !

 

Un peu d'histoire...

Le roman  commence alors que la jeune Angel Derevell est adolescente. Elève d'une école privée, Angel passe la majeure partie de son temps à raconter à ses camarades qu'elle vit dans la somptueuse demeure baptisée "Paradise House" et qu'elle y mène la plus exquise des existences. En réalité, la vie d'Angel est des plus modestes : orpheline de père, elle vit avec sa mère qui tient une épicerie. Leur vie, jugée monotone et sans intérêt par Angel, est ponctuée par les visites de Lottie, sa tante, qui est dame de compagnie à Paradise House. La seule consolation d'Angel lors de ces visites assommantes réside dans les merveilleux récits que sa tante faits de la vie de ses patrons. La jeune fille se plait ainsi à rêver, chaque jour davantage, à cette vie où tout n'est que luxe, calme et volupté. Nourrie -et bientôt littéralement dévorée- par cette vie de délices, Angel ne va plus avoir qu'un seul objectif: quitter son quotidien mesquin, devenir un célèbre écrivain et habiter à Paradise House. Elle décide donc, avec l'accord de sa mère totalement dépassée, de quitter l'école et passe ses journées à écrire un roman truffé d'inepties et d'inexactitudes. Mais Angel s'en moque car elle a un don précieux qui va lui permettre de réaliser son rêve: elle possède une imagination débordante... à tel point qu'elle va même déborder sur sa propre vie et se révéler dangereuse.

Car l'imagination de la jeune femme ne naît pas de ses lectures - en cela, elle s'impose comme l'anti-Mme Bovary- mais d'un esprit malade qui ne perçoit rien en dehors d'elle-même. Ainsi, de sa personnalité troublée et troublante, vont voir le jour des histoires qui, bien que totalement invraisemblables, remportent un succès fou auprès du lectorat populaire. Soutenue par un éditeur en mal de ventes, elle se croit talentueuse malgré des critiques toujours plus désastreuses à chaque nouvelle parution. Mais Angel n'y prête pas grande attention: elle se suffit à elle-même. Les autres- cet amas de personnes qui vivent autour d'elle- n'apparaissent que comme des fantômes sans existence propre. Au mieux, ils ne sont pour elle que des pions qui viennent compléter et parfaire l'existence dont elle rêve depuis sa plus tendre enfance. Nora, sa dame de compagnie, Esmée, son mari, seront les victimes de cet ange noir que rien ne peut arrêter dans le délire- surtout pas le bon sens et encore moins le ridicule. Sa vie va ainsi devenir une gigantesque farce dans laquelle elle a indiscutablement le premier rôle : celui du trompeur trompé.

 

Un peu d'avis...

C'est une personnalité hors du commun que nous fait découvrir Elizabeth Taylor dans ce roman. Cette jeune femme, à la détermination manifeste, est véritablement maléfique. Sa capacité de destruction est d'autant plus terrible qu'elle n'en a aucune conscience. Trop absorbée par ses rêves, Angel ne se rend en effet jamais compte du mal qu'elle cause. Même aux portes de l'Enfer, elle continue de rêver sa vie, persuadée de son bien-fondé. Il est vrai que la jeune fille n'a aucune intériorité : nous n'avons accès ni à ses pensées, ni à ses sentiments. La raison ? Elle n'en a pas. Comme pour le reste, elle les rêve au lieu de les éprouver, de les ressentir vraiment. D'ailleurs les mots, chez elle, n'ont aucune signification réelle, ils ne sont que le reflet des maux de son esprit perturbé. Le comble lorsqu'on est écrivain... Ce roman a beau retracer sa vie, nous ne savons à proprement parler rien -ou si peu- d'elle. La seule certitude que nous ayons est qu'elle s'est épuisée à se construire un rêve qu'elle a été seule à vivre. Vouée, de par son égoisme, à la solitude, elle reste sourde à tout ce qui se passe autour d'elle : les arts, l'amour, la guerre....en un mot : la vie. Car en passant à côté de celle des autres, elle est passée inévitablement à côté de la sienne. 

Aussi, ce roman se lit comme une course implacable entre le rêve et la réalité et le lecteur se demande jusqu'à la dernière page qui va gagner. On espère qu'Angel se réveille mais, dans le meilleur des cas, on assiste seulement à des micro-réveils ou de vagues somnolences. La construction du roman, en cinq parties, rappelle celle d'une tragédie dont on connait d'emblée la fin. Le style alerte de Taylor, sa capacité à croquer cette étrange personnage, ses analyses souvent bien vues, font de la lecture de ce roman un moment agréable. Toutefois, on regrette souvent le manque d'humour. En effet, si la romancière n'hésite pas à insister sur le ridicule du personnage, on aurait aimé qu'elle s'y attarde davantage. Par exemple, il aurai pu être sympathique de pouvoir lire -un peu à la manière du Monde selon Garp- des passages des romans écrits par Angel. Cela dit, pour y remédier, nous pouvons toujours lire les romans de Marie Correli...Car ce qui est effrayant dans ce roman, c'est de se dire qu'une telle personne a pu exister...et devenir un écrivain célèbre ! 

    


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Schlabaya 20/01/2011 08:51



J'ai posté mon billet deux fois ? OUPS ! Peut-être qu'il n'était pas apparu la première fois...



Schlabaya 14/01/2011 13:58



Je confirme, très beau billet !



Sara 19/01/2011 21:35



Merci beaucoup ! Voilà un très beau compliment.



Schlabaya 27/12/2010 21:54



Excellent roman, en effet, et beau billet !



Sara 30/12/2010 22:32



Merci beaucoup ! Le roman est effectivement magnifique...



irrégulière 05/06/2010 16:37



Ohlàlà, ça donne vraiment envie !



Lynnae 04/06/2010 21:58



Merci Sarah merci ^^ je voulais lire ce livre il y a des années mais je l'avais totalement oublié ! Et ton article me motive encore plus !


*Par contre, ma LAL, pas contente là  *



Sara 04/06/2010 22:20



Mais tout le plaisir est pour moi Lynnae ! Ce roman est vraiment très bien !!