Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les livres de Sara
  • : De la lecture, du second degré, et parfois de la littérature !
  • Contact

 

J'en suis...

 

 58420964 p-copie-1

 

 


 

28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:42

beastlyVoilà donc une autre de mes lectures dont j'ai fait l'acquisition lors de mon dernier voyage à Londres. La raison de mon choix est d'un prosaisme absolu: je pressentais que ce ne serait pas trop difficile à lire en VO, et comme je parle anglais comme un cathare sous ecstazy, il y avait plutôt intérêt à ce que ce soit le cas...

 

Un peu d'histoire...

Kyle est un jeune new-yorkais âgé de seize ans, et accessoirement la star de son lycée de nantis. Pourvu d'un membre incroyable charisme, il est beau et donc en déduit comme moi que  les gens moches ou simplement insipides doivent mourir  être moqués. Il passe ainsi ses journées à les railler et c'est vraiment drôle...En un mot, Kyle est une raclure qu'il soit béni pour cela ! Il faut dire qu'il a été à bonne école: son père, star de la télé l'antre de Satan, n'accorde de l'importance qu'au physique. Selon lui, seuls les gens beaux réussissiront alors que les gens laids resteront à jamais des ratés sauf Sarko mais tout le monde sait qu'il a été obligé de coucher avec Carla pour réussir. 

Mais voilà que Kendra, la gothasse de service, intervient en classe et lui dit qu'il est superficiel. Peu habitué à ce qu'on le rabroue en public, Kyle se venge en la séduisant et en l'invitant au bal de fin d'année. En réalité, il vient au bas avec sa petite-amie Sloane qui a le QI d'un rumsteak sauce roquefort et le look d'une fille qui a trop trainé ses fesses à Pigalle. Au bal, Kyle fait connaissance avec Lindy, une jeune fille pauvre et moche les boules ! à qui il offre une fleur, juste par générosité Kyle avait bu, c'est la seule explication pour cet acte insensé. Un peu plus tard, il accueille Kendra avec sa pétasse petite-amie, et n'ayant pas de ticket, la goth-girl ne peut rentrer. Face à une tel acte, on ne peut qu'applaudir être révolté ! Kyle est vraiment un pervers narcissique doublé d'un égoiste tendance paranoiaque contestataire. On parle de moi ?

Mais Kendra n'est pas stupide, elle s'attendait à ce que Kyle lui joue un tour pareil. C'est donc sur le pas de la porte de ce stupide bal qu'ell lui révèle sa véritable identité: c'est une sorcière. Pour avoir agi de la sorte, Kyle va être puni : il se réveillera demain transformé en bête. Le sortilège ne pourra être brisé, à moins qu'il ne rencontre avant deux ans une fille qui tombe amoureuse de lui et l'embrasse...Kyle ne semble pas effondré par ce qu'il prend pour des paroles d'une gothasse qui aurait trop abusée de Harry Potter sur fond de Cradle of filth  agrémenté de Dangereuse Alliance tout ce que j'aime !  Il finit par rentrer chez lui et constate le lendemain matin que son visage n'est plus le même... à jamais?

 

Un peu d'avis...   

Après ma première utilisation, je pestais  contre mon nouvel après-shampoing en me disant "put*, il me fait des cheveux horribles ". Sauf que j'avais à peine mis le pied dans la rue qu'une dame m'accostait pour me demander : "c'est quoi votre secret pour avoir de si beaux cheveux?". Ma réponse : "la classe, ça ne s'explique pas". Cette histoire tout à fait fascinante n'a d'autre but que de montrer le vide absolu de ma vie que parfois, on peut avoir un mauvais jugement. Aussi quand j'ai ouvert ce roman, je me suis dit "put* mais c'est moisi du c*l", mais une fois rentrée dedans, plus moyen d'en sortir. Alex Flinn a donc tendu un piège admirable à ses lecteurs avec ce livre dont la lecture est franchement agréable. Mon reproche majeur tient en une phrase:il ne s'adresse pas aux "young adults" contrairement à ce que son classement en librairie pourrait nous faire croire. En effet, ce roman, qui est une version moderne du conte La Belle et la Bête, est destiné selon moi davantage à des jeunes lecteurs. La nuance est subtile ? Peut-être mais de toute façon, ce reproche reste insignifiant.

L'histoire reprend de manière assez convaincante cette histoire devenue légendaire: le sort, la rose, le miroir...Tout y est et passe plutôt bien. D'une manière générale, j'ai trouvé que les personnages étaient bien caractérisés, et même chose surprenante assez profonds. J'ai beaucoup apprécié le personnage de Kyle qui est absolument génial malfaisant et souvent très drôle. J'avoue avoir ri à de nombreuses de ses réflexions moqueuses call me Satan ! Les autres personnages -le précepteur comme la gouvernante de Kyle- sont aussi attachants et réservent même quelques surprises à la fin du roma. Evidemment mon personnage préféré est -d'une certaine façon- dédoublé : ce sont ceux des pères. (Mode 'psychologie de comptoir' on) Je ne sais pas quel traumatisme Alex Flinn a vécu vis-à-vis de son père mais ça n'a pas l'air génial quand on regarde les deux pères -celui d'Alex et de Lindy- dans ce roman (mode 'psychologie de comptoir' off). Les qualificatifs concernant ces personnages ne manquent pas : raclures, superficiels, faibles, manipulateurs, égoistes, cons. Je crois que j'ai trouvé mes maîtres ! 

Mais ce qui m'a le plus séduite, c'est sans aucun doute l'ambiance du roman puisque tout se passe pratiquement en huis clos dans l'appartement de Kyle. Et malgré l'absence quasi totale de descriptions, Flinn parvient à poser une atmosphère à la fois pesante et en même temps rassurante. Tout se joue entre finalement quatre personnages : Kyle, Lindy, le précepteur, et la gouvernante. De piège, l'appartement devient en effet vite pour eux un nid douillet, un lieu hors du monde, à part. Et cette situationn qui aurait pu devenir vite redondante ou pénible au bout de cent pages, est en fait très bien agencée. Flinn parvient ainsi à donner du souffle, du rythme à l'ensemble, au point que même si l'on connait la fin de l'histoire, on a envie de voir comment cela va évoluer. 

On ne peut échapper aux stéréotypes dans cette histoire, ni à la bonne morale américaine qui, il faut l'avouer, a des relans de vieille bigotterie. La morale de l'histoire - qui nous dit que seule la beauté intérieure compte- est juste ennuyeuse/fausse/has been éculée. D'autant que Lindy se révéle finalement pas si laide que cela : rousse, elle a de mauvaises dents, mais se révèle vite attirante aux yeux de Kyle. Ce revirement est-il dû à l'amour ? Ou au manque de relations sexuelles ? La question reste en débat. En tout cas, j'ai trouvé intéressant que l'auteur fasse de l'univers de la télévision l'antre de la connerie infâme. A y regarder de plus près, le seul élément ridicule de ce roman, c'est la photo de son auteure à la fin du livre Mouah ah ah !! :

Unknown-copie-3

Cette photo, c'est comme le mec qui se lève pour aller pisser après t'avoir fait passé un moment torride: un truc qui devrait être interdit par la loi.

 

Ce livre est ma troisième participation au challenge Read in english.

challe10

 

Avertissement : le film est une croûte infâme qui rappelle d'ailleurs davantage un téléfilm tant le budget est ridicule et où de nombreux éléments de l'histoire ont changé, rendant le propos limite incohérent :

- Kyle est sexy, même une fois transformé en raison de tatouages sur le visage et non pas de gueule d'animal.

- Lindy est une brune avec des dents correctes et un potentiel de mille sur l'échelle de la bombasse attitude.

- Le personnage de Kendra est moins important alors que le livre insiste beaucoup sur son histoire et des raisons qui l'ont poussée à jetter ce sort.

- De nombreux éléments essentiels disparaissent comme le miroir et aussi le 'chat' sur lequel Kyle retrouve tous ses amis transformés : la grenouille, la petite Sirène, et bien sûr aussi Mr Andersen.

-La fin est radicalement différente.

Vous pouvez lire l'avis très drôle de Cécile sur le film ici.


   

Partager cet article

Repost 0
Published by Sara - dans Les jeunesses
commenter cet article

commentaires

lili 30/08/2011 17:54



Je pense qu'il faut que je protège mon ordi, enfin l'écran quand je lis tes billets, tellement mes fou-rires sont dangereux ! mais c'est ta faute, tu as trop de talent !



Sara 30/08/2011 22:48



Rho, c'est trop gentil ma Lili !! Contente de savoir que je te fais rire ! 



Noukette 30/08/2011 00:36



Non, je ne le lirai pas, non, je ne le lirai pas, non je ne le lirai pas...!!!!



fashion 29/08/2011 23:10



C'est quoi la fin du roman ? (J'ai hélas vu le film.) (Et j'aime les spoilers, je suis comme ça, mal configurée, c'est génétique.)



Sara 30/08/2011 22:50



Alors je ne veux pas spolier mais c'est les personnages qui ne sont pas du tout traités pareil. Pour faire court, on apprend des choses sur Kendra et Magda que le film n'évoque absolument pas.
Mais je te rassure pour le reste, c'est idem : les deux ados se roulent des pelles jusqu'à la glotte.    



Cess 29/08/2011 10:11



C'est que tu me donnerais limite envie de lire le livre hein....


Mais non j'ai été traumatisé par le film, je n'ai pas envie de l'être par la photo de l'auteur... :D



Sara 30/08/2011 22:51



Le film est la plus grosse daube de tous les temps !!  Heureusement que je n'ai pas dépensé 10 euros pour aller
voir ça.



Leiloona 29/08/2011 09:04



Oh punaise, oui, c'est quoi cette photo ! 


Je ne lis pas de livres en anglais (un traumatisme scolaire), donc je n'aurai pas la chance d'avoir ce portrait sous mes yeux ! 



Sara 30/08/2011 22:44



La photo est vraiment énorme ! Je me suis bien marrée en la voyant : c'est surtout la pose avec la rose qui me tue